• fildohm

Ciné-Débat : "Permaculture, la voie de l'autonomie"

Dernière mise à jour : 10 févr.

Ciné-débat après la projection du film « Permaculture » vendredi 26 novembre à 18h30 au Grand Palais de Cahors.



La conférence d'une demi-heure part du constat du changement climatique, de la perte de biodiversité et de l'épuisement des ressources.

L'intitulé de la conférence est « Comment s'inscrire dans une démarche permaculture pour créer un territoire plus résilient ? ».


fil_ohm_present_26novembre2021
.pdf
Download PDF • 3.48MB

Ci-dessus, le diaporama support de conférence en téléchargement

On peut proposer de s'inscrire dans démarche de permaculture.

La permaculture n'est pas seulement une méthode d'agroécologie où on apprend à associer les plantes (associer du mais aux haricots et aux courges par exemple) mais bien une éthique de vie. Ce courant créé par Bill Molison et David Holmgren permet de comprendre que l'on peut aussi bien agir sur l'autonomie alimentaire que sur l'autonomie énergétique, (ou sur la construction, le transport, le bien être...)



On propose alors de décrire deux exemples de projets concrets sur Cahors qui s'inscrivent dans cette démarche :

Quel est le projet citoyen de Autonomie Alimentaire Cahors ?

Action Autonomie Alimentaire Cahors nous fait le plaisir de répondre à notre invitation pour présenter son association et ses actions pour animer le débat à l'issue du film.

Elle a pour objet de développer la transmission, l’expérimentation, et l’amélioration des pratiques auprès du plus grand nombre en matière d’agriculture urbaine, d’autonomie alimentaire, de faune et flore du Quercy, de permaculture et de permathérapie dans le but de favoriser les échanges et créer des liens sociaux au sein de la communauté du grand Cahors et de ses environs.

Une agora d'agriculture urbaine a été mise en place depuis un an sur les allées Fénélon au centre de Cahors. Concrètement, c'est un jardin partagé de 400 m2 installé et entretenu par des citoyens. Des ateliers pédagogiques ont lieu sur l'Agora d'Agriculture Urbaine.



Quel est le projet citoyen de Fil d'Ohm ?




Fil d'Ohm est un projet citoyen qui s'inscrit dans l'économie sociale et solidaire sur le territoire du Grand Cahors pour développer les énergies renouvelables en local.

D'une part, Fil d'Ohm a pour objectif de sensibiliser les citoyens aux questions de consommation d'énergie en se basant sur le scénario décrit par l'association nationale Negawatt : sobriété, efficacité, renouvelable.

D'autre part, Fil d'Ohm ets née pour développer une grappe de parcs solaires photovltaiques de petite taille autour de la ville de Cahors.

L'association est lauréate en 2020 de l'appel à projet Energies Renouvelables Coopératives et Citoyennes de la Région Occitanie et de l'ADEME. Elle est partenaire d'Enercoop, est accompagnée par EC'LR et Quercy Energies et soutenue par TEL46, le Grand Cahors.

Le premier projet se situera à Pech de Lagarde, sur le village de Constant, sur la commune de Bellefont la Rauze. Il s'agit d'implanter fin 2022, 700 panneaux solaires d'une puissance de 250 kWc pour une production annuelle d'environ 300 Mwh sur une surface de 4500 m2 clôturés et paysagés. Ce parc équivaut à la consommation électrique d'une centaine de foyers et l'électricité sera injectée sur le réseau et revendue à ENERCOOP Midi Pyrénées pour répondre aux besoins de consommation locale.

Le projet citoyen consiste à regrouper les capitaux de citoyens, collectivités, agriculteurs et entreprises locales pour financer le parc solaire par un investissement collectif. Chaque sociétaire qui prend une ou de parts sociales (1 part = 100 €) peut alors s'impliquer dans les décisions et participer à la gouvernance du projet. C'est ainsi que le groupe citoyen a une maitrise du projet pour maximiser les retombées économiques locales et donne du sens et des valeurs à la mobilisation de l'épargne.

S'impliquer dans un projet citoyen, c'est participer à la transition énergétique et limiter le réchauffement climatique et proposer une autre manière de produire de l'énergie et réfléchir à sa consommation. C'est également innover socialement et contribuer à l'économie sociale et solidaire. Il s'agit finalement de créer un territoire résilient.

En phase de développement du projet, nous avons finalisé les études techniques pour le parc du « Lac Blanc » à Constant . Le choix d'un lieu d'implantation doit répondre à plusieurs contraintes techniques comme une orientation sud du terrain, un accès proche à un transformateur pour injecter le courant. L'implantation doit être intégrée à l’environnement (paysager, cloturer, aménager) pour ne pas déranger les riverains (haies et végétalisation) et impacter au minimum la biodiversité présente (implantation des panneaux sur poteaux bois simplement sardinés). Ainsi le terrain retrouvera sorigine dans 40 ans. Nous avons préparé les statuts de notre future société de projet et l'association se transformera en coopérative (SCIC) en 2022. Nous nous concentrons actuellement sur la mobilisation citoyenne et dès lors que nous aurons mobilisé un capital de participation citoyenne suffisant, nous pourrons finaliser le projet et lancer les travaux.

Pour l'instant, nous ne collectons que des intentions de prises de parts sociales et recontacterons les futurs sociétaires pour lancer la création du parc lorsque le groupe de citoyens sociétaires sera suffisant. Il s'agit de mobiliser de l''investissement et non pas de récolter des dons. Les sociétaires qui prennent des parts sociales peuvent les défiscaliser. Notre modèle économique est éprouvé et la vente de l'énergie assurer un retour sur investissement à la coopérative.


Alors, n'hésitez plus, rejoignez nous, c'est une implication sur un projet concret tourné vers l'avenir.

24 vues0 commentaire